Eloge de la fidélité, Bruno Gaudelet

Accueil Catégorie : Théologie

Exemple
Publication mise en avant

Introduction

Dans ces cultes-concerts du nouvel an que nous consacrons à un compositeur éminent, la prédication ambitionne de méditer un aspect spécifique en lien avec l’œuvre du maestro. Bach, chantre officiel de l’Eglise luthérienne, nous a fait réfléchir à la place de la musique durant le culte. Mozart, auteur de la messe du Requiem, nous a conduits à une réflexion sur « l’avoir à mourir ». En songeant à Mendelssohn, c’est tout naturellement sa marche nuptiale, universellement connue, même par ceux qui ne connaissent pas Mendelssohn, qui s’est imposée à mon esprit.

Poursuivre la lecture de : Eloge de la fidélité, Bruno Gaudelet
Exemple
Publication mise en avant

Intro culte numérique

Introduction

La Cène n’est pas pour nous protestants un rituel sacré, mais un signe visible de la grâce invisible, un symbole qui n’a aucune efficacité en lui-même, aucun sens si on ne partage pas la signification que l’Evangile y met et aucun intérêt si nous sommes étrangers à la foi que verse en nous l’Esprit de Dieu.

Poursuivre la lecture de : Cène virtuelle, mais réelle
Exemple
Publication mise en avant

Références de l’article : Bruno GAUDELET, « La mort est-elle l’objet d’une révolution anthropomorphique ? », dans Les révolutions du XXIe siècle, sous la direction de Yves Charles Zarka, Presses Universitaires de France, 2018.

Poursuivre la lecture de : « La mort est-elle l’objet d’une révolution anthropomorphique ? », (article publié) aux PUF
Exemple

Genèse 22.1-19, Lévitique 15.19-30, Marc 5.21-42

Nous avons réfléchi récemment sur le thème du passage qui s’opère pour chacun vers la vie adulte. Le récit de la ligature d’Isaac s’est dévoilé, dans le contexte de cette réflexion, sous un nouveau jour.

Poursuivre la lecture de : Le passage vers la vie adulte : Isaac et Talitha koumi, la fille de Jaïrus
Exemple

1. Les sacrements

1) Qu’est-ce qu’un sacrement ?

Le mot sacrement dérive du latin sacramentum qui apparaît dans la Vulgate (Bible latine) pour traduire le mot grec musterion d’où vient notre mot mystère. Saint-Augustin a fixé la définition des sacrements en expliquant qu’un sacrement « est un signe visible de la grâce invisible ». Jean Calvin précise pour sa part qu’un sacrement « est un signe extérieur par lequel Dieu scelle en nos consciences les promesses de sa bonne volonté envers nous, pour confirmer la faiblesse de notre foi, et par lequel, à notre tour, nous rendons témoignage tant devant Lui et les anges que devant les hommes, que nous le tenons pour notre Dieu » (Institution de la religion chrétienne (I.R.C), IV.xiv. 1). Un sacrement est ainsi un signe visible et un sceau de la grâce divine qui présente la grâce (c’est-à-dire la bienveillance, la mansuetude divine) à notre égard et scelle notre réconciliation avec Dieu.

Poursuivre la lecture de : La Cène et le baptême, signes visibles de la grâce invisible