Confirmation ou Communion ? Regard sur la théologie des sacrements

Accueil mai 2019

Exemple
Publication mise en avant

A Dieu seul la gloire (Soli Deo gloria) :

Rien n’est sacré ou absolu en dehors de Dieu. Les Protestants contestent le caractère absolu de toute entreprise humaine. Au nom d’un Dieu de liberté, ils proclament la liberté de conscience de tous les êtres.

 

La grâce seule (Sola gracia) :

La grâce est l’amour gratuit et originel de Dieu pour l’humanité. Indépendamment de ses mérites, l’être humain est déjà sauvé. Cette confiance de Dieu le rend responsable. Ainsi aimé, l’homme est apte à aimer son prochain.

 

La Foi seule (Sola fides) :

La Foi naît de la rencontre de l’être humain avec Dieu. Elle peut être l’issue – ou aussi le début – d’un chemin difficile mais jamais inaccessible.

 

La Bible seule (Sola scriptura) :

La Bible est la seule autorité reconnue des Protestants qui y voient le livre d’une humanité juive et chrétienne se voulant reliée à Dieu. L’intelligence de son message aujourd’hui provient des efforts de toutes les Églises dans le respect de leur diversité.

 

Des Églises toujours à réformer (ecclesia reformata semper reformanda est) :

Les Églises rassemblent tous ceux qui se reconnaissent dans le Dieu de Jésus-Christ, notamment par le baptême et la Cène. En tant qu’institutions, elles n’exercent pas de médiation entre les fidèles et Dieu. Communautés humaines, elles évoluent sans cesse au rythme de l’humanité.

 

Le Sacerdoce Universel

Chaque baptisé a une place identique dans l’Église, qu’il soit laïc ou pasteur ; ce dernier n’est pas un personnage à part mais celui ou celle à qui sa formation théologique permet d’animer la communauté. Le témoignage de la foi et de l’engagement dans le monde est donc le devoir de tous les Protestants membres des Églises

 

Exemple
Publication mise en avant

Lectures : Actes 9 v 1-8, 1 Corinthiens v 8-1, 2 Corinthiens v17-21

Chers amis,

Les textes qui nous ont été lus nous donnent le moment crucial de l’histoire bien connue de Paul, le moment de son retournement comme on dit dans les services secrets d’un agent ennemi qui passe dans l’autre camp. Ils nous plantent le décor avec le cas de Saul de Tarse devenu

Poursuivre la lecture de : Culpabilité et pardon, par Jean-Gabriel Bliek