Bulletin février & mars 2018

Accueil janvier 2018

Exemple

Nous sommes toujours joyeux

2 Corinthiens 6.4-10

Nous nous rendons à tous égards recommandables, comme serviteurs de Dieu, par beaucoup de patience dans les tribulations, dans les calamités, dans les détresses, sous les coups, dans les prisons, dans les troubles, dans les travaux, dans les veilles, dans les jeûnes ; par la pureté, par la connaissance, par la patience, par la bonté, par l’Esprit saint […]  Nous ne sommes pas attristés, nous sommes toujours joyeux !

Poursuivre la lecture de : Que peut-on croire aujourd’hui ?, Gilles Castelnau

Exemple

(Extrait de Bruno Gaudelet, Le Credo revisité, Lyon, Olivetan, 2015, p. 331ss)

L’exégèse moderne a mis en question la doctrine de l’inspiration des Ecritures et la méthode théologique qui consistait à établir « la bonne doctrine » en rassemblant les différentes affirmations de la Bible sur un sujet, puis en élaborant une synthèse harmonieuse (analogie de la foi). Comme l’explique le philosophe Paul Ricoeur, la « naïveté » des chrétiens du christianisme classique – qui croyaient accéder directement à la Révélation de Dieu en ouvrant la Bible – est irrémédiablement perdue[1]. Refuser l’exégèse moderne pour sauvegarder la doctrine de l’inspiration et l’interprétation traditionnelle de l’Ecriture, revient inévitablement à sacrifier l’intelligence (sacrificiumintellectus)[2]. L’exégèse moderne implique – ne serait-ce que par honnêteté intellectuelle – que la notion de Révélation soit repensée.

Poursuivre la lecture de : Repenser la Révélation

Exemple

Il est étonnant de constater qu’en ce début du XXIe siècle, il est encore des gens pour affirmer que Jésus de Nazareth n’a jamais existé. Certes, il s’agit la plupart du temps d’auteurs à quatre sous, de populistes vivant de la presse à sensation ou d’idéologues patentés. Il n’est pas utile de réfuter leurs argurmentations tendancieuces, mais il importe de relever qu’il n’y a bien longtemps que les universitaires ont réfuté cette thèse réputée depuis lors irrecevable. L’historicité de Jésus de Nazareth n’est pas moins attestée que celle de Jules César ou de Vercingétorix, tout au contraire.  Poursuivre la lecture de : Jésus et le Christ de la foi