Théologie, c’est-à-dire parole ou discours sur Dieu ?

Accueil Activités Articles Théologie, c’est-à-dire parole ou discours sur Dieu ?

Théologie, c’est-à-dire parole ou discours sur Dieu ?

L’idée de Dieu

Quelle idée (représentation) se fait-on de Dieu ?

 1)  La Bible indique les principes du monothéisme pour penser Dieu :

Exode 20 : Pas d’image de Dieu

La Septante utilise le mot grec icône qui signifie idée ou image. (Le Décalogue ne lutte pas seulement contre les images plastiques, mais invite aussi à se méfier des idées que  l’on se forge sur Dieu). Toute représentation de Dieu devient une idole. (Une idole est quelque chose ou quelqu’un  qui prend la place ou le rôle de Dieu).

 Exode 3 : Dieu est Tout-Autre

La théophanie du buisson ardent qui ne se consume pas laisse au contraire entendre que Dieu est « tout autre » que ce que l’homme peut connaître, envisager ou dire. Le feu symbolise la pureté, la sainteté et bien sûr la puissance. La non-combustion de l’arbre souligne quant à elle la nature éternelle, immuable et ineffable de Dieu, dont l’être n’est pas susceptible d’être altéré.

Exode 33.18-23 : Tu me verras de dos, car l’homme ne peut voir ma face et vivre !

Le langage anthropomorphique (en forme d’homme) est utilisé par les auteurs bibliques pour parler de Dieu (autrement Dieu resterait une pure abstraction). Il s’agit d’une convention de Langage. Il importe de ne pas prendre à la lettre ce langage.

 Ps 19, Gn 1, Rm 1.20 et Acte 17.24-29 : « Voir Dieu » à travers ses oeuvres

Le monothéisme part du principe que Dieu est l’être qui donne de l’être au monde et à ce qui le compose. Le monothéisme pose que Dieu est perceptible au travers de ses œuvres et la création

 Gn 1.26-27 : L’humain image de Dieu

L’humain (homme et femme) est pensé comme étant façonné à l’image et à la ressemblance de Dieu. Quelque chose de Dieu est donc perceptible en l’humain. L’image et la ressemblance sont deux façons de dire que l’humain est une entité personnelle « comme Dieu », c’est-à-dire possédant les caractères de la personnalité (intelligence, affectivité, créativité, spiritualité, communication, capacité de communion, etc.) et capable de progresser vers le modèle divin (transcendance, spiritualité, etc.). Le monothéisme pense Dieu comme un être personnel. Toute autre conception de Dieu (comme par exemple celle de Spinoza qui défend le modèle du panthéisme où Dieu n’est plus un être personnel distinct de la création), se retrouve en dehors du monothéisme biblique.

 Ecclésiaste 3.10-11 : La pensée de l’Eternité

La pensée de l’éternité indique tout particulièrement pour le sage, la spiritualité et la transcendance de l’humain à l’image de Dieu.

 

 2)  Traditions théologique apophatique et cataphatique

La théologie apophatique ou négative, postule l’inconnaissabilité de Dieu. Dieu ne peut donc être dit qu’en indiquant ce que Dieu n’est pas. La théologie occidentale (catholique et protestante) reconnait la valeur de la démarche apophatique concernant la nature réelle de Dieu qui échappe effectivement à toute rationalisation positive, cataphatique. Elle reconnait cependant, aussi, le fait que Dieu n’est pas un Dieu qui reste « caché », mais un Dieu qui parle et se révèle. Dieu se fait connaître au travers de sa création et de ses œuvres de révélation, notamment au travers de ses prophètes et de son Christ. La valeur du langage biblique anthropomorphique pour penser Dieu est dès lors prise en compte, mais sans être, évidemment, absolutisée.

 Pasteur Bruno Gaudelet