Que tout ce qui respire loue l’éternel ! Gilles Castelnau

Accueil mai 2017

Exemple

 

Épitre aux Colossiens 1. 10-20

L’épitre aux Colossiens chante la grande unité des païens et des juifs que l’auteur élargit à l’unité du cosmos. Le saint Esprit est le Souffle de la vie que Dieu fait monter en nous et en « tout ce qui respire » comme dit le Psaume 150. C’est l’élan vital, la Force créatrice régénérant en nous le Dynamisme créateur qui nous permet d’affronter la vie et ses forces destructrices qui nous tirent vers le bas. Dans un grand enthousiasme, l’auteur de l’épitre aux Colossiens attire notre attention sur son action mondiale, cosmique, dont chacun de nous fait évidemment partie.

Poursuivre la lecture de : Que tout ce qui respire loue l’éternel ! Gilles Castelnau

Exemple

Le Dieu du buisson ardent et la foi monothéiste

La scène du buisson ardent d’Exode 3 est gravée dans la mémoire collective de l’humanité. D’autant plus gravée, d’ailleurs, que Cécil B. DeMille l’a portée à l’écran avec son film « Les 10 commandements ». Qui ne se souvient, en effet, de l’interprétation charismatique de Charlton Heston incarnant Moïse et de la voix grave de Dieu sortant du buisson ardent pour déclarer à Moïse : « ôte tes sandales car l’endroit où tu te trouves est une terre sainte » ? Poursuivre la lecture de : La foi monothéiste

Exemple

Le deuil et la prière

Des mots pour prier

I. Textes bibliques

Jean 14.1-8

Que votre cœur ne se trouble pas, croyez en Dieu, croyez aussi en moi.

Il y a de nombreuses demeures dans la maison de mon Père, sinon je vous l’aurai dit. Je vais vous préparer une place. Et quand je serai allé et que je vous aurai préparé une place, à nouveau je viendrai et je vous prendrai près de moi, afin que là où je suis, vous y soyez aussi. Et vous savez où je vais, et vous en savez le chemin.

Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. Poursuivre la lecture de : Le deuil et la prière

Exemple

Etude sur le mariage et la bénédiction nuptiale (II)

1. La Bible

Si la monogamie était semble-t-il l’état le plus fréquent de la famille israélite[1] même dans un très loin passé, la polygamie ou la bigamie ne présentaient aucun désaveu moral et étaient laissées à la liberté et à la fortune des intéressés[2]. Cependant, le mariage monogame inspira les prophètes, les poètes et les sages, qui utilisèrent l’alliance conjugale monogame comme un symbole de l’alliance divine[3]. D’où l’idéal conjugal des récits de création de la Genèse présentant le mariage monogame comme répondant non seulement à l’ordre créationnel, mais participant encore de la ressemblance à Dieu par la communion qui fait du couple une seule chair. De fait, au premier siècle de notre ère, la polygamie ou la bigamie étaient proscrites, mais assez fréquemment remplacées par la répudiation et le divorce[4]. Toutefois, rappelle Raymond de Vaux, « Il est intéressant de constater qu’en Israël, comme en Mésopotamie, le mariage est une affaire purement civile et n’est sanctionné par aucun acte religieux »[5]. Poursuivre la lecture de : La cérémonie de mariage, repères historiques et religieux

Lecture Actes 27

Quand notre embarquement pour l’Italie eut été décidé, on remit Paul et quelques autres prisonniers à un centurion nommé Julius……. Nous avons débarqué à Mire….. Le centurion trouvant là un bateau d’Alexandrie en route pour l’Italie nous y a fait embarquer. Mais il devenait dangereux de naviguer puisque septembre était déjà passé…. la majorité fut cependant d’avis de reprendre la mer…..

Poursuivre la lecture de : Naufrage à Malte